Grand Conseil

Interpellation urgente : Le Conseil d’État veut-il fermer toutes les portes d’accès pour la formation professionnelle en école ? (18.107)

Titre :

Le Conseil d’État veut-il fermer toutes les portes d’accès pour la formation professionnelle en école ?

Contenu :

Nous venons d’apprendre que les élèves en 11e année qui souhaitent s’inscrire pour la formation d’employé-e de commerce avec maturité en école plein temps notamment à l’Ester (CIFOM) ou au Lycée Jean-Piaget doivent, depuis cette année, se pré-inscrire jusqu’au plus tard le 12 février et qu’ils doivent obligatoirement participer à une séance d’information, avec deux dates à choix dont une tombe dans de nombreux cas pendant le camp de ski. Ils ne pourront s’inscrire définitivement à cette formation que si leur présence a été contrôlée lors de ladite séance.

Les moyens d’information de ce changement de procédure d’inscription sont clairement insuffisants. Il y a bien eu une mention orale lors des séances d’information destinées aux élèves (et ouvertes aux parents) en novembre 2017, mais ce n’est pas assez.

L OCOSP a pris l’initiative cette semaine d’approcher les titulaires des classes concernées, afin qu’ils informent les élèves de ces changements, mais aucune information écrite n’a été remise.

Nous avons le sentiment que le Conseil Etat fait tout son possible pour rendre les inscriptions plus compliquées et, ainsi, diminuer le nombre d’élèves dans les formations professionnelles en école.

Si le Conseil d’État estime que les élèves de 15 ans ont la maturité nécessaire pour saisir l’importance de ces nouvelles conditions et vont en informer leurs parents, nous ne partageons pas son optimisme.

Nous demandons donc au Conseil d’État d’adresser une information claire et par écrit à tous les parents des élèves de 11e année afin d’éviter un couac semblable à celui du mois de décembre.

Développement écrit :

Nous comprenons bien que l’intention du DEF est d’encourager le choix de formations duales (en entreprise avec des cours théoriques en école). et nous pouvons comprendre cette position, notamment au niveau de la question financière. Mais, avant de fermer des portes il faut en ouvrir d’autres et offrir encore d’avantage de places d’apprentissage afin d’inciter les jeunes à choisir la voie duale.

Après le couac concernant les conditions d’accès aux formations post-obligatoires qui ont dû être revues à la baisse suite à la levée des boucliers de parents ayant alerté la presse ( à savoir être promu déjà au semestre), voici donc une nouvelle mesure qui va mettre des bâtons dans les roues des jeunes Neuchâtelois désireux de choisir une formation en école.

Cette mesure est antisociale et pénalise les élèves dont les parents n’ont pas une fine connaissance du système scolaire neuchâtelois en mutation constante ou pour qui la navigation sur Internet en général (et sur le site ne.ch) s’apparente à un parcours du combattant.

Merci de partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *