Blog-ancien

Discours d’au revoir au Grand Conseil le 24 mai 2016

Chers collègues,

Mesdames, Messieurs,

Le moment est venu pour moi de quitter cette place, le perchoir,  et de rentrer dans les rangs, parmi les députés.

L’année qui vient de passer fut magnifique : elle fut intense, animée et variée! Je n’aurais jamais cru que notre canton avait une telle diversité d’associations, de clubs et de sociétés.

Pendant cette année, je n’ai vu que le beau côté de notre canton :

J’ai vu ses habitants qui s’engagent – souvent bénévolement – pour un loisir ou une activité qu’ils aiment et s’investissent sans compter;

J’ai vu sa richesse culturelle et artistique;

J’ai vu sa richesse au niveau de la formation, de la recherche et de l’innovation.

En dehors du canton, j’ai rencontré une multitude de gens, j’ai côtoyé les présidentes, les présidents ainsi que les bureaux des autres cantons et je peux vous dire que dans la comparaison intercantonale, Neuchâtel s’en tire très bien.

Petite remarque en passant: En comparaison avec les cantons de Vaud et du Valais, les réceptions des présidentes et président sont bien plus modestes chez nous : signe de notre passé réformateur ou d’un souci d’économies ?

Mesdames et Messieurs, chers collègues notre canton est très riche ! Il est riche en beauté naturelle, en personnes et en associations qui font vivre les communes et notre République.

Si vous souhaitez vous faire une idée ce que j’ai fait tout au long de cette année je vous invite à aller voir le blog de mon année présidentielle que j’ai alimenté régulièrement. La quasi-totalité des 119 représentations y figure avec pour certaines des photos ou des petites vidéos. L’adresse est la suivante : www.veronikapantillon.ch

Cette année fut particulière : Comme la présidente du Conseil d’Etat me le rappelait, et donc vous pouvez vous doutez qu’il y a là une touche de féminisme, les trois pouvoirs étaient présidés par des femmes cette année: le pouvoir exécutif par Monika Maire-Hefti, le pouvoir judiciaire par Marie-Pierre de Montmollin et le pouvoir législatif par moi-même. Mais cela ne va pas durer… Dès aujourd’hui les hommes reprendront la main, du moins en ce qui concerne le Grand Conseil et le Conseil d’Etat.

Je suis très honorée et très fière d’avoir été la présidente du parlement de notre beau canton pendant une année et je tiens à vous remercier, de m’avoir fait confiance il y a une année et de de m’avoir confié cette noble tâche.

J’ai eu beaucoup de plaisir à présider les sessions et tiens à vous remercier pour votre collaboration. Nous avons avancé vite, parfois au point d’épuiser les ordres du jour avant l’heure ! Les débats furent toujours respectueux, même si, pendant les discussions sur le budget, – débat qui restera dans ma mémoire avec ses 72 amendements !- certains députés ont flirté avec les limites de ce qui est acceptable. Les esprits se sont ensuite calmés, peut-être grâce au jour de pause dû à la réception du président du Conseil des Etats, M. Raphaël Comte, et les débats ont ensuite repris plus calmement.

Quant à la gestion du Grand Conseil, il y a pour moi une seule ombre au tableau : comment faire pour que les députés retournent dans la salle du Grand Conseil après les pauses à l’heure prévue??? Je dois dire que je n’ai pas trouvé la solution miracle… À mon successeur de voir s’il y parvient !

J’en arrive maintenant aux remerciements. Quand on est « simple député-e » on ne réalise pas tout ce qui se fait en coulisses, tout ce qui est nécessaire pour le bon déroulement des sessions, des commissions et de tout le travail législatif.

En tout premier lieu, j’aimerais remercier tout le personnel du Secrétariat général du Grand Conseil qui œuvre sans relâche et sous l’œil vigilant de sa cheffe, la secrétaire générale Mme Janelise Pug.

Janelise est la mémoire du Grand Conseil.

Elle est d’une aide inestimable pour la présidence car elle se souvient de tout et maîtrise parfaitement les procédures et les règles qui régissent le Grand Conseil.

Elle est d’une disponibilité sans failles, tant avant que pendant les sessions, et elle travaille jour et nuit et même le weekend.

Merci mille fois, Janelise pour ton travail et ton soutien pendant cette année. Le Grand Conseil dans sa totalité t’en est redevable !

J’ai choisi comme cadeau – vous le devinerez aisément – du miel de mes abeilles. Cela tombe bien : le Secrétariat général du Grand Conseil est un peu comme une ruche : il bourdonne d’ouvrières travailleuses où chacune sait exactement ce qu’elle a à faire. Donc voici un pot de miel pour toi Janelise, ainsi qu’un bouquet de fleurs puisque les abeilles en tirent le nectar.

J’adresse ensuite mes remerciements à l’adjointe de la secrétaire générale Mme Inês Amaral :

Inês c’est la douceur et la discrétion combinées à l’efficacité. Tu étais toujours présente lors des séances de préparation et des séances du bureau. Un grand merci pour ton travail précieux et de qualité !

J’ai aussi préparé un petit pot pour chaque collaboratrice et collaborateur et je le leur transmettrai.

Suivent mes remerciements à la chancelière, Mme Séverine Despland qui participe aux travaux du bureau et fait le lien avec le Conseil d’Etat.

Ensuite je souhaite adresser mes remerciements aux deux huissiers, MM. Blaise Monnier et Daniel Othenin-Girard. Un grand merci à eux pour leur disponibilité toute en discrétion.

Mes remerciements vont aussi à la Régie, qui est devenue un acteur incontournable depuis la retransmission en direct des sessions du parlement et du vote électronique.

Je tiens à remercier tous les membres du bureau. Chers collègues, je crois qu’on peut dire que l’ambiance au bureau est excellente et que le travail se fait de manière constructive et consensuelle. En effet, les cas où un vote fut nécessaire furent plutôt rares. Un grand merci pour vos avis éclairés et votre agréable collaboration !

Finalement je remercie aussi mon mari et ma famille : ils ne m’ont pas beaucoup vu pendant cette année…je remercie Didier pour son aide précieuse, il était mobilisé de part et d’autre : en tant que chauffeur, pour relire mes discours et le plus souvent comme homme au foyer.

J’en viens maintenant à notre nouveau président : M. Xavier Challandes. Xavier, tu incarnes la jeunesse. Pendant ton année de présidence, tu fêteras ton quart de siècle, ce qui fait de toi très probablement (mais je n’ai pas fait toutes les recherches jusqu’en 1848), le plus jeune président de l’histoire neuchâteloise !

Xavier j’ai le plaisir de te remettre la désormais traditionnelle clochette. Elle te sera utile afin d’obtenir le silence, quoique ce ne soit pas toujours aussi simple que cela… Je te souhaite autant de plaisir que j’ai eu pendant cette année de présidence. Tu peux te réjouir, c’est une année particulière et privilégiée.

Comme il est de coutume je t’offre une petite attention qui pourra t’être utile pendant cette année : cet objet culte est typiquement suisse et j’espère qu’il te dépannera, tel un Mc Giver de la politique, dans les situations problématiques liées à ta nouvelle fonction.

As-tu deviné ?

Voici donc le couteau suisse du président!

Il devrait te permettre de trancher lors d’une prise de décision difficile, de ‘déboucher’ des situations bloquées, de limer sur le temps de parole accordé aux députées et députés, d’ouvrir de nouvelles pistes et de te faire les ongles pendant les discours interminables du Conseil d’Etat!

Je prie maintenant le bureau nouvellement constitué à prendre place et cède la parole au nouveau président du GC, M. Xavier Challandes.

Merci de partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *