Blog-ancien

Commémoration du 1er mars, Cercle neuchâtelois de Lausanne

Monsieur le Président,
Chers membres du Cercle neuchâtelois de Lausanne,

C’est avec un très grand plaisir que j’ai donné suite à votre invitation à cette commémoration de l’indépendance neuchâteloise et vous en remercie. Je dois avouer qu’au début j’étais quelque peu interloquée : aller fêter le 1er mars à Lausanne – pardon Prilly, quelle drôle d’idée. Mais mon prédécesseur m’avait bien dit que c’était « the place to be » et qu’il ne fallait rater cette rencontre sympathique sous aucun prétexte.

Ces festivités seront intenses pour moi cette année : après cette journée sur territoire vaudois j’enchaînerai mardi avec la marche du 1er mars avec prise du château – pacifique évidemment – pour finir avec les tirs au canon, discours et fête populaire au Quai Osterwald. Les réjouissances se poursuivront le 13 mars avec le Festin neuchâtelois. Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce festin : Depuis 2013, les Neuchâtelois ont aussi leur fête gastronomique. Le but de celle-ci est de faire rayonner le canton, de valoriser son patrimoine culinaire et de dynamiser son identité culturelle. Je vous donne un petit aperçu des ce qu’il y aura au menu afin de vous mettre l’eau à la bouche et vous donner envie de venir y participer : des tripes – à la neuchâteloise bien sûr, de la bondelle, de l’agneau, du saucisson, de la tourte au poireau, des pieds de veau et évidemment des desserts à l’absinthe que dis-je absinthe : à la fée verte !

Lorsque j’ai été élue présidente, je me suis fixé comme but d’essayer de rapprocher le politique et la société civile. Le dialogue entre les acteurs politiques et les personnes qui s’engagent est primordial. La politique n’a pas toujours une bonne image auprès du public et je le regrette, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser, d’aller voter, d’aller élire et de prendre conscience de la chance que nous avons, en Suisse, d’avoir notre démocratie directe.

En acceptant de devenir Présidente du Grand Conseil, on accepte, de facto, de passer beaucoup de temps en représentations. Pour moi c’est l’occasion de découvrir la richesse culturelle, artistique, associative, sportive mais aussi la richesse des institutions publiques de notre cantons : écoles, université, conservatoire et j’en passe. Pour moi cette année est une chance extraordinaire de découvrir quantité de personnes fantastiques. Des gens qui comme vous, par leurs activités, font vivre les communes, les cantons, notre pays.

Je tiens donc à vous féliciter pour votre engagement pour votre canton Vous n’y habitez certes plus, mais vous y êtes resté attachés.

Je me permets ici de citer la présidente du Conseil d’Etat, Monika Maire Hefti qui a l’habitude de dire lors de ses discours que le canton de Neuchâtel, est le plus beau canton de Suisse ! Je suis tout à fait d’accord avec elle. Etant d’origine St-Galloise et venue à Neuchâtel pour mes études, j’ai choisi de rester vivre dans ce canton. Je l’aime pour son environnement agréable et accueillant : le lac, ses promenades, les montagnes du Jura, paradis du ski de fond et des randonneurs, ses chemins blancs réputés pour les VVT-istes, ses forêts, paradis des champignonneurs sans parler de ses théâtres, musées, salles de musiques et autres lieux culturels réputés au-delà de nos frontières. N’oublions pas le sport : le HCC, Xamax, le NUC, Union Neuchâtel et j’en passe.

J’aime aussi ce canton pour, son côté progressiste au niveau de l’intégration des étrangers, notamment. Neuchâtel était le premier canton à donner le droit de vote aux étrangers au niveau communal, au 19e siècle déjà! Et il y a un mois, le Grand Conseil a exprimé clairement sa volonté que les étrangers établis dans le canton n’aient pas seulement le droit d’élire au niveau cantonal, mais aussi de pouvoir être élus au Grand Conseil. Une modification de la constitution allant dans ce sens devra donc être soumise à votation populaire.

Mais Neuchâtel se distingue aussi au niveau de la place accordée aux femmes. Il est le 2e canton suisse à avoir accordé le droit de vote aux femmes en 1958, soit 13 ans avant que la Confédération ne le fasse. Et je ne résiste pas au plaisir de vous informer que cette année 2015/2016, les trois pouvoir politiques du canton sont présidés par des femmes : le Conseil d’Etat, l’exécutif, par Monika Maire Hefti, le pouvoir judiciaire par Marie-Pierre de Montmollin qui est aussi juge au tribunal cantonal et moi-même qui préside le législatif. Mais cette belle situation ne durera pas longtemps : dès ce mois de mai deux hommes prendront le relais en ce qui concerne les pouvoirs exécutifs et législatifs et actuellement il n’y pas de femme prévue pour occuper le perchoir du Grand Conseil ces prochaines années. Mais cela ne nous empêchera pas de continuer à œuvrer pour le bien du canton de Neuchâtel.

Côté actualités vous n’êtes certainement pas sans savoir que ce dimanche de votation est un jour important pour notre canton : En effet la population est invitée à se prononcer sur le projet « Mobilité 2030 ». Ce dernier inclut notamment une révolution au niveau des infrastructures ferroviaires : Il est en effet prévu de construire une ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, ligne qui relierait ces deux villes en 14 minutes et à la cadence au quart d’heure.

Ce projet inclut aussi d’autres volets de mobilité comme l’entretien des routes cantonales, les routes fédérales et la mobilité douce. Partis politiques, associations, organismes, tout le monde soutient ce projet. Il n’y a pas de comité qui préconise le « non ». Si le résultat ne semble faire aucun doute, ce sont les taux de participation et d’acceptation qui permettront de faire pression sur les chambres fédérales, lesquelles devront se prononcer sur l’attribution des financements. Nous attendons donc les résultats avec impatience !

Je finirai mon discours par ce texte que vous reconnaîtrez peut-être :

« Nous sommes les enfants heureux de la meilleure des patries,
nous aimons ses coteaux ombreux, son doux lac, ses combes fleuries
et la paisible majesté de ses grandes joux séculaires
et le soleil qui les éclaire,
le soleil de la liberté ! »

Vous l’aurez reconnu, c’est la première strophe de l’hymne neuchâtelois.

Je vous dis un grand merci et vous souhaite une très belle journée !

Merci de partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *