Blog-ancien

Discours d’au revoir au Grand Conseil le 24 mai 2016

Chers collègues,

Mesdames, Messieurs,

Le moment est venu pour moi de quitter cette place, le perchoir,  et de rentrer dans les rangs, parmi les députés.

L’année qui vient de passer fut magnifique : elle fut intense, animée et variée! Je n’aurais jamais cru que notre canton avait une telle diversité d’associations, de clubs et de sociétés.

Pendant cette année, je n’ai vu que le beau côté de notre canton :

J’ai vu ses habitants qui s’engagent – souvent bénévolement – pour un loisir ou une activité qu’ils aiment et s’investissent sans compter;

J’ai vu sa richesse culturelle et artistique;

J’ai vu sa richesse au niveau de la formation, de la recherche et de l’innovation.

En dehors du canton, j’ai rencontré une multitude de gens, j’ai côtoyé les présidentes, les présidents ainsi que les bureaux des autres cantons et je peux vous dire que dans la comparaison intercantonale, Neuchâtel s’en tire très bien.

Petite remarque en passant: En comparaison avec les cantons de Vaud et du Valais, les réceptions des présidentes et président sont bien plus modestes chez nous : signe de notre passé réformateur ou d’un souci d’économies ?

Mesdames et Messieurs, chers collègues notre canton est très riche ! Il est riche en beauté naturelle, en personnes et en associations qui font vivre les communes et notre République.

Si vous souhaitez vous faire une idée ce que j’ai fait tout au long de cette année je vous invite à aller voir le blog de mon année présidentielle que j’ai alimenté régulièrement. La quasi-totalité des 119 représentations y figure avec pour certaines des photos ou des petites vidéos. L’adresse est la suivante : www.veronikapantillon.ch

Cette année fut particulière : Comme la présidente du Conseil d’Etat me le rappelait, et donc vous pouvez vous doutez qu’il y a là une touche de féminisme, les trois pouvoirs étaient présidés par des femmes cette année: le pouvoir exécutif par Monika Maire-Hefti, le pouvoir judiciaire par Marie-Pierre de Montmollin et le pouvoir législatif par moi-même. Mais cela ne va pas durer… Dès aujourd’hui les hommes reprendront la main, du moins en ce qui concerne le Grand Conseil et le Conseil d’Etat.

Je suis très honorée et très fière d’avoir été la présidente du parlement de notre beau canton pendant une année et je tiens à vous remercier, de m’avoir fait confiance il y a une année et de de m’avoir confié cette noble tâche.

J’ai eu beaucoup de plaisir à présider les sessions et tiens à vous remercier pour votre collaboration. Nous avons avancé vite, parfois au point d’épuiser les ordres du jour avant l’heure ! Les débats furent toujours respectueux, même si, pendant les discussions sur le budget, – débat qui restera dans ma mémoire avec ses 72 amendements !- certains députés ont flirté avec les limites de ce qui est acceptable. Les esprits se sont ensuite calmés, peut-être grâce au jour de pause dû à la réception du président du Conseil des Etats, M. Raphaël Comte, et les débats ont ensuite repris plus calmement.

Quant à la gestion du Grand Conseil, il y a pour moi une seule ombre au tableau : comment faire pour que les députés retournent dans la salle du Grand Conseil après les pauses à l’heure prévue??? Je dois dire que je n’ai pas trouvé la solution miracle… À mon successeur de voir s’il y parvient !

J’en arrive maintenant aux remerciements. Quand on est « simple député-e » on ne réalise pas tout ce qui se fait en coulisses, tout ce qui est nécessaire pour le bon déroulement des sessions, des commissions et de tout le travail législatif.

En tout premier lieu, j’aimerais remercier tout le personnel du Secrétariat général du Grand Conseil qui œuvre sans relâche et sous l’œil vigilant de sa cheffe, la secrétaire générale Mme Janelise Pug.

Janelise est la mémoire du Grand Conseil.

Elle est d’une aide inestimable pour la présidence car elle se souvient de tout et maîtrise parfaitement les procédures et les règles qui régissent le Grand Conseil.

Elle est d’une disponibilité sans failles, tant avant que pendant les sessions, et elle travaille jour et nuit et même le weekend.

Merci mille fois, Janelise pour ton travail et ton soutien pendant cette année. Le Grand Conseil dans sa totalité t’en est redevable !

J’ai choisi comme cadeau – vous le devinerez aisément – du miel de mes abeilles. Cela tombe bien : le Secrétariat général du Grand Conseil est un peu comme une ruche : il bourdonne d’ouvrières travailleuses où chacune sait exactement ce qu’elle a à faire. Donc voici un pot de miel pour toi Janelise, ainsi qu’un bouquet de fleurs puisque les abeilles en tirent le nectar.

J’adresse ensuite mes remerciements à l’adjointe de la secrétaire générale Mme Inês Amaral :

Inês c’est la douceur et la discrétion combinées à l’efficacité. Tu étais toujours présente lors des séances de préparation et des séances du bureau. Un grand merci pour ton travail précieux et de qualité !

J’ai aussi préparé un petit pot pour chaque collaboratrice et collaborateur et je le leur transmettrai.

Suivent mes remerciements à la chancelière, Mme Séverine Despland qui participe aux travaux du bureau et fait le lien avec le Conseil d’Etat.

Ensuite je souhaite adresser mes remerciements aux deux huissiers, MM. Blaise Monnier et Daniel Othenin-Girard. Un grand merci à eux pour leur disponibilité toute en discrétion.

Mes remerciements vont aussi à la Régie, qui est devenue un acteur incontournable depuis la retransmission en direct des sessions du parlement et du vote électronique.

Je tiens à remercier tous les membres du bureau. Chers collègues, je crois qu’on peut dire que l’ambiance au bureau est excellente et que le travail se fait de manière constructive et consensuelle. En effet, les cas où un vote fut nécessaire furent plutôt rares. Un grand merci pour vos avis éclairés et votre agréable collaboration !

Finalement je remercie aussi mon mari et ma famille : ils ne m’ont pas beaucoup vu pendant cette année…je remercie Didier pour son aide précieuse, il était mobilisé de part et d’autre : en tant que chauffeur, pour relire mes discours et le plus souvent comme homme au foyer.

J’en viens maintenant à notre nouveau président : M. Xavier Challandes. Xavier, tu incarnes la jeunesse. Pendant ton année de présidence, tu fêteras ton quart de siècle, ce qui fait de toi très probablement (mais je n’ai pas fait toutes les recherches jusqu’en 1848), le plus jeune président de l’histoire neuchâteloise !

Xavier j’ai le plaisir de te remettre la désormais traditionnelle clochette. Elle te sera utile afin d’obtenir le silence, quoique ce ne soit pas toujours aussi simple que cela… Je te souhaite autant de plaisir que j’ai eu pendant cette année de présidence. Tu peux te réjouir, c’est une année particulière et privilégiée.

Comme il est de coutume je t’offre une petite attention qui pourra t’être utile pendant cette année : cet objet culte est typiquement suisse et j’espère qu’il te dépannera, tel un Mc Giver de la politique, dans les situations problématiques liées à ta nouvelle fonction.

As-tu deviné ?

Voici donc le couteau suisse du président!

Il devrait te permettre de trancher lors d’une prise de décision difficile, de ‘déboucher’ des situations bloquées, de limer sur le temps de parole accordé aux députées et députés, d’ouvrir de nouvelles pistes et de te faire les ongles pendant les discours interminables du Conseil d’Etat!

Je prie maintenant le bureau nouvellement constitué à prendre place et cède la parole au nouveau président du GC, M. Xavier Challandes.

Merci de partager
Blog-ancien

Assemblée des Verts’libéraux le 30 avril 2016 à Neuchâtel

Voici mon discours:

Chers délégué-e-s

Au nom du parlement neuchâtelois, j’ai le grand plaisir de vous souhaiter la bienvenue dans le canton de Neuchâtel. Vous avez choisi notre beau canton pour votre assemblée et vous avez bien fait !! Neuchâtel est un magnifique canton qui vaut la peine d’être découvert. Je me permets ici de citer la présidente du Conseil d’Etat, Monika Maire Hefti qui a l’habitude de dire lors de ses discours que le canton de Neuchâtel, est le plus beau canton de Suisse ! Je suis tout à fait d’accord avec elle. Etant d’origine St-Galloise et venue à Neuchâtel pour mes études, j’ai choisi de rester vivre dans ce canton. Je l’aime pour son environnement agréable et accueillant : le lac, ses promenades, les montagnes du Jura, paradis du ski de fond et des randonneurs, ses chemins blancs réputés pour les VVT-istes, ses forêts, paradis des champignonneurs sans parler de ses théâtres, musées, salles de musiques et autres lieux culturels réputés au-delà de nos frontières. N’oublions pas le sport : le HCC, Xamax, le NUC, Union Neuchâtel et j’en passe.

Ich liebe aber auch meinen Adoptionskanton weil er fortschrittlich ist, sei es in der Migrationspolitik oder in Sachen Gleichberechtigung zwischen Frau und Mann. Neuchâtel war der erste Kanton, in dem die Ausländer auf Gemeindeebene das Stimmrecht hatten, dies schon im 19. Jahrhundert! Und eben diese Woche hat der Grosse Rat entschieden, dass die Ausländer mit einer Aufenthaltsbewilligung, die bereits das Stimmrecht hatten, nun auch das Recht erhalten auf Kantonsebene, gewählt zu werden. Die entsprechende Verfassungsrevision muss nun noch vom Volk verabschiedet werden.

Wie gesagt ist Neuenburg auch fortschrittlich in Sachen Frauenrechte : Er war der 2. Kanton der Schweiz der das Frauenstimmrecht einführte. Das war im Jahre 1958, also 13 Jahre, bevor dies der Bund tat. In diesem Zusammenhang bin ich auch sehr stolz, dass im Legislatur-Jahr 2015-2016 alle drei Staatsgewalten von Frauen geführt werden: Der Regierungsrat mit Monika Maire-Hefti als Präsidentin, der Justizapparat von Frau Marie-Pierre de Montmollin, Kantonsrichterin und die Legislative durch mich. Leider geht dieses ausserordentliche Jahr bald zu Ende. Anfangs Juni werden wieder zwei Männer der Legislative und der Exekutive vorsitzen.

Mais revenons à votre Assemblée de ce jour : vous êtes des Verts libéraux, moi je suis Verte tout court. La « verdure » se décline en plusieurs nuances : vert pâle, vert foncé, vert bouteille, verre de blanc ou verre de rouge ? Dans le canton se sont les trois à la fois : vert, blanc, rouge, en tout cas en ce qui concerne notre drapeau.

Dans le canton, cette nouvelle formation d’écologistes de droite a fait son apparition au Grand Conseil il y a trois ans. Ce parti a un rôle très particulier au sein de notre parlement : le groupe ne comptant que 5 députés sur un total de 115, il n’a pas droit à des sièges au sein des commissions parlementaires. Il faut savoir que la loi d’organisation a été édictée alors que les groupes présents au Grand Conseil avaient tous au moins 20 membres. Donc le groupe vert libéral ne participe pas officiellement au travail législatif préparatoire du parlement. Par contre, les verts libéraux font la différence entre la gauche et la droite. Ils ont un rôle d’arbitre. Ainsi, sur des domaines de l’environnement et des énergies, notamment, la gauche avec les Verts libéraux est majoritaire (59 voix) contre 56 voix à droite (PLR et UDC).

Ainsi nous avons pu, en tout début de législature obtenir une majorité pour faire passer la loi sur la transparence du financement des partis politiques, thème qui est maintenant aussi d’actualité au niveau national.

Chers délégués, je vous laisse maintenant débattre et vous souhaite encore une très belle journée à Neuchâtel !

 

 

Merci de partager
Blog-ancien

Inauguration de la statue et 1er avril à Boudry

Monsieur le Président du Musée de l’Areuse,

Chers invités,

Nous sommes tous réunis ici afin de découvrir la statue farfelue – farfelue est effectivement le mot et ce n’est pas moi qui le dis, mais M. le président Béguin. Nous allons donc découvrir cette statue qui va – pendant une année – garnir cette place et marquer l’entrée au Musée de l’Areuse. Je tiens ici à remercier vivement la Ville de Boudry pour son généreux don de CHF 500’000 afin que cette statue puisse voir le jour ! Vous êtes sûrement de mon avis, la culture est importante et elle doit être soutenue à sa juste valeur. Dans ce contexte, j’ai été réjouie de lire ce matin dans notre quotidien local qu’une autre statue planifiée et quelque peu controversée dans un village à l’ouest de Boudry, pourrait enfin voir le jour au bord du lac, emplacement qui est tout à fait d’à propos pour un palmier….

Cher public, nous sommes aujourd’hui le 1er avril et il s’agit de ne pas croire tout ce que l’on vous dit !!

Cette coutume de raconter des bêtises le 1er avril est bien établie et répandue. J’ai fait quelques recherches et vu que les origines du poisson d’avril restent obscures. La tradition festive de personnes qui sont l’objet de farces ou de satires existe dans plusieurs cultures depuis l’Antiquité et le Moyen Âge. Les écrits folkloristes proposent de nombreuses origines mais il ne s’agit que de vagues conjectures.

Une des explications relie le poisson d’avril à la Pâques qui marque la fin du jeûne du carême, le poisson prenant une place alimentaire importante à cette période. Mais cette explication ne tient pas compte du fait que dans les pays germaniques on ne parle pas de « poisson » d’avril mais de blague d’avril il n’est fait aucune allusion au poisson ! Le mystère reste donc entier quant à savoir d’où nous vient cette charmante coutume.

Le 1er avril est l’occasion de mettre de l’humour, même là où il fait d’habitude défaut : au téléjournal, dans les journaux et à la radio. Ainsi je me souviens notamment du poisson savoureux qui annonçait la réintroduction de l’ours dans la réserve du Creux-du-Van. Il y a aussi eu des poissons d’avril qui ont fini par devenir réalité : en en 1972, en France sur Antenne 2, le ministre de la santé de l’époque annonce qu’il est désormais interdit de fumer dans les lieux publics. Ce canular devient réalité 35 ans plus tard, le 1er février 2007 lorsque la fumée est interdite dans les lieux publics.

Mais trêve de bavardages et place à la fête, que je vous souhaite agréable !

Merci de partager
Blog-ancien

Assemblée des délégués de la SCNACC

L’assemblée des délégués de la Société cantonale neuchâteloise d’aviculture, cuniculture et colombophilie a eu lieu le samedi 19 mars à la Vue-des-Alpes. Explication pour les néophytes: l’aviculture c’est l’élevage de la volaille, la cuniculture, celui des lapin; et la colombophilie – comme on le devine – celui des colombes.

Voici mon discours:

Monsieur le Président, Chers amis des petites bêtes, Chers invités,

Heureusement que votre assemblée n’a pas eu lieu ce matin à neuf heures au Château de Colombier…pourquoi me demanderez-vous ? Eh bien parce que ce matin j’y ai assisté à l’Assemblée des délégués des sociétés de tir. Cela aurait pu faire des dégats, mais heureusement je vois que vous n’avez pas pris vos animaux. Remarquez que cela aurait pu être pire : p.ex. la société des chasseurs !!!

Plaisanteries mises à part, c’est avec un très grand plaisir que j’ai donné suite à l’invitation de votre président à cette assemblée et l’en remercie. Et ce ne sont pas des paroles en l’air. En effet, je suis depuis toujours une grande amie des animaux et comme toute petite fille, j’ai longtemps souhaité devenir vétérinaire. Mais ce n’est pas tout, pendant des années nous avons eu des lapins : des petits béliers prénommés Lutin et Serpolet deux femelles qui ont fini par avoir deux fois des petits (!), une fois après castration de Lutin qui s’est donc révélé être un mâle…. À la même époque, nous avons aussi eu des poules qui gambadaient librement dans le jardin, ce qui posait quelques problèmes au niveau de nos plantations. Lorsque le coq – que nous avons cru muet pendant sa première année de vie – a commencé à chanter, nous avons dû mettre un terme à notre cohabitation ou plutôt à sa cohabitation avec notre voisin. C’est le coq qui est parti   – pas le voisin. L’ère des poules a laissé la place à celle des cailles dont les œufs furent fort appréciés par notre famille. Les cailles ont également trouvé des amateurs : les fouines…

Après toutes ses péripéties nous nous contentons maintenant de l’aquarium de notre fils.

C’est toujours avec un grand plaisir que je me rends à des expositions avicoles ou autres, mais je dois toujours me faire violence de ne pas craquer et ramener deux poules et trois lapins à la maison.

En acceptant de devenir Présidente du Grand Conseil, on accepte, de facto, de répondre favorablement à la grande majorité des invitations que l’on vous adresse. Cela implique entre trois et quatre représentations par semaine. Et si comme moi, vous êtes d’une nature curieuse et que vous aimez les contacts, c’est la chance extraordinaire de découvrir quantité de personnes fantastiques. Des gens qui comme vous, par leurs activités, pour la grande majorité bénévolement, font vivre les communes, les cantons, notre pays.

Je tiens donc à vous féliciter pour votre engagement. Votre hobby, votre passion permet de sauvegarder des anciennes races d’animaux qui, sans des gens comme vous, seraient vouées à la disparition. Vos associations jouent aussi un rôle important auprès des jeunes, en les épaulant lors de l’apprentissage du respect des animaux et de l’élevage.

Lorsque j’ai été élue présidente, je me suis fixé comme but d’essayer de rapprocher le politique et la société civile. Le dialogue entre les acteurs politiques et les personnes qui s’engagent est primordial. La politique n’a pas toujours une bonne image auprès du public et je le regrette, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser, d’aller voter, d’aller élire et de prendre conscience de la chance que nous avons, en Suisse, d’avoir notre démocratie directe.

Un grand merci et une très belle journée à vous tous !

Je finirai par une citation de circonstance de Isidore Catpipaul :

“On appelle animaux domestiques ceux qui se font servir par les hommes.”

Merci de partager
Blog-ancien

Ma thèse en 180 secondes

L’université de Neuchâtel a convié le public à la soirée « Ma thèse en 180 secondes ». Le principe est le suivant: des doctorant-e-s exposent de manière compréhensible pour tout un chacun le thème de leur doctorat et ceci en 3 minutes chrono ! J’ai été invité a faire une allocution qui devait durer aussi maximum 180 sec. La voici en alexandrins et j’ai mis 175 secondes pour la faire:

 

Mesdames et Messieurs, directeurs si brillants,
Professeurs en ces lieux, assistants, doctorants,
Je suis, mes chers amis, très heureus’ de vous voir
Tous rassemblés ici, dans cette aula ce soir,

Pour assister ensemble à une joute verbale,
qui nous fera vibrer jusqu’au fond de la salle.
Je ne suis ni Racine, ni Molièr’ ni Shakespeare,
Il m’est donc difficile, de vous divertir.

Pour parler de progrès, d’idées, de découvertes,
J’ai choisi une forme quelque peu désuète.
Nous allons essayer, ensembl’ de parcourir,
Les thèmes des candidats, qui vont nous divertir.

Mme Borgeaud:
On sera renseigné, sur le Chlorocebus,
Où peut-on l’observer, est-il couvert de puces?

Madame Bregnard:
Et si on s’intéresse, aux sortes de prévoyances,
Que peut-on espérer en termes de gouvernance?

Mme Guex:
Tourisme et dév’lop’ment, dans nos belles Alpes Suisses,
Peuvent-ils contribuer à refair’ vivre les bisses?

M. Gingins:
Adaptations diverses, approches comparatives
Nous permettront peut-être de nettoyer les rives.

M. Davary:
Certains crient au secours, les Beatles ont dit Help.
Mais Mehdy quant à lui, vous recommandera Yelp!

Madame Gaschard:
Que dire des assemblages organométalliques,
Annoncent-ils une percée dans l’domaine scientifique?

Monsieur Kohler:
Quid de la didactique et des malentendus?
Que va dire Alaric? Serons-nous convaincus?

Monsieur Morel:
Bricolage plurilingue en communication,
Voilà qui nous promet de belles inspirations.

Madame Nada:
Nous parlerons futur, évoqu’rons le chômage
Des jeunes à la recherche de places d’apprentissage.

Madame Pieper:
Les Fullerodendrons, liquides et cristallins.
N’auront plus de secrets, pour nous autr’ béotiens.

Madame Schwaab:
Nous discuterons croissance durable des entreprises,
Peut-être d’écologie, et de l’énergie grise.

Mme Wyssbrod:
La surexploitation des ressources génétiques,
Nous sera présentée d’un point de vue juridique.

Et Mme Zhang:
Nous parlerons d’argent, nous parlerons finance,
Et de fonds souverains, puis nous ferons bombance!

Les minutes imparties, sont maintenant écoulées.
Le temps est donc venu, pour moi de prendr’ congé.

Oyez, mes bons amis, ouvrez grand vos oreilles,
Plongez avec délices, découvrez les merveilles
Qu’ont pour nous concoctées, ces illustres esprits.
Il ne me reste qu’à dire, … que je vous remercie.

Merci de partager
Blog-ancien

Commémoration du 1er mars, Cercle neuchâtelois de Lausanne

Monsieur le Président,
Chers membres du Cercle neuchâtelois de Lausanne,

C’est avec un très grand plaisir que j’ai donné suite à votre invitation à cette commémoration de l’indépendance neuchâteloise et vous en remercie. Je dois avouer qu’au début j’étais quelque peu interloquée : aller fêter le 1er mars à Lausanne – pardon Prilly, quelle drôle d’idée. Mais mon prédécesseur m’avait bien dit que c’était « the place to be » et qu’il ne fallait rater cette rencontre sympathique sous aucun prétexte.

Ces festivités seront intenses pour moi cette année : après cette journée sur territoire vaudois j’enchaînerai mardi avec la marche du 1er mars avec prise du château – pacifique évidemment – pour finir avec les tirs au canon, discours et fête populaire au Quai Osterwald. Les réjouissances se poursuivront le 13 mars avec le Festin neuchâtelois. Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce festin : Depuis 2013, les Neuchâtelois ont aussi leur fête gastronomique. Le but de celle-ci est de faire rayonner le canton, de valoriser son patrimoine culinaire et de dynamiser son identité culturelle. Je vous donne un petit aperçu des ce qu’il y aura au menu afin de vous mettre l’eau à la bouche et vous donner envie de venir y participer : des tripes – à la neuchâteloise bien sûr, de la bondelle, de l’agneau, du saucisson, de la tourte au poireau, des pieds de veau et évidemment des desserts à l’absinthe que dis-je absinthe : à la fée verte !

Lorsque j’ai été élue présidente, je me suis fixé comme but d’essayer de rapprocher le politique et la société civile. Le dialogue entre les acteurs politiques et les personnes qui s’engagent est primordial. La politique n’a pas toujours une bonne image auprès du public et je le regrette, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser, d’aller voter, d’aller élire et de prendre conscience de la chance que nous avons, en Suisse, d’avoir notre démocratie directe.

En acceptant de devenir Présidente du Grand Conseil, on accepte, de facto, de passer beaucoup de temps en représentations. Pour moi c’est l’occasion de découvrir la richesse culturelle, artistique, associative, sportive mais aussi la richesse des institutions publiques de notre cantons : écoles, université, conservatoire et j’en passe. Pour moi cette année est une chance extraordinaire de découvrir quantité de personnes fantastiques. Des gens qui comme vous, par leurs activités, font vivre les communes, les cantons, notre pays.

Je tiens donc à vous féliciter pour votre engagement pour votre canton Vous n’y habitez certes plus, mais vous y êtes resté attachés.

Je me permets ici de citer la présidente du Conseil d’Etat, Monika Maire Hefti qui a l’habitude de dire lors de ses discours que le canton de Neuchâtel, est le plus beau canton de Suisse ! Je suis tout à fait d’accord avec elle. Etant d’origine St-Galloise et venue à Neuchâtel pour mes études, j’ai choisi de rester vivre dans ce canton. Je l’aime pour son environnement agréable et accueillant : le lac, ses promenades, les montagnes du Jura, paradis du ski de fond et des randonneurs, ses chemins blancs réputés pour les VVT-istes, ses forêts, paradis des champignonneurs sans parler de ses théâtres, musées, salles de musiques et autres lieux culturels réputés au-delà de nos frontières. N’oublions pas le sport : le HCC, Xamax, le NUC, Union Neuchâtel et j’en passe.

J’aime aussi ce canton pour, son côté progressiste au niveau de l’intégration des étrangers, notamment. Neuchâtel était le premier canton à donner le droit de vote aux étrangers au niveau communal, au 19e siècle déjà! Et il y a un mois, le Grand Conseil a exprimé clairement sa volonté que les étrangers établis dans le canton n’aient pas seulement le droit d’élire au niveau cantonal, mais aussi de pouvoir être élus au Grand Conseil. Une modification de la constitution allant dans ce sens devra donc être soumise à votation populaire.

Mais Neuchâtel se distingue aussi au niveau de la place accordée aux femmes. Il est le 2e canton suisse à avoir accordé le droit de vote aux femmes en 1958, soit 13 ans avant que la Confédération ne le fasse. Et je ne résiste pas au plaisir de vous informer que cette année 2015/2016, les trois pouvoir politiques du canton sont présidés par des femmes : le Conseil d’Etat, l’exécutif, par Monika Maire Hefti, le pouvoir judiciaire par Marie-Pierre de Montmollin qui est aussi juge au tribunal cantonal et moi-même qui préside le législatif. Mais cette belle situation ne durera pas longtemps : dès ce mois de mai deux hommes prendront le relais en ce qui concerne les pouvoirs exécutifs et législatifs et actuellement il n’y pas de femme prévue pour occuper le perchoir du Grand Conseil ces prochaines années. Mais cela ne nous empêchera pas de continuer à œuvrer pour le bien du canton de Neuchâtel.

Côté actualités vous n’êtes certainement pas sans savoir que ce dimanche de votation est un jour important pour notre canton : En effet la population est invitée à se prononcer sur le projet « Mobilité 2030 ». Ce dernier inclut notamment une révolution au niveau des infrastructures ferroviaires : Il est en effet prévu de construire une ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, ligne qui relierait ces deux villes en 14 minutes et à la cadence au quart d’heure.

Ce projet inclut aussi d’autres volets de mobilité comme l’entretien des routes cantonales, les routes fédérales et la mobilité douce. Partis politiques, associations, organismes, tout le monde soutient ce projet. Il n’y a pas de comité qui préconise le « non ». Si le résultat ne semble faire aucun doute, ce sont les taux de participation et d’acceptation qui permettront de faire pression sur les chambres fédérales, lesquelles devront se prononcer sur l’attribution des financements. Nous attendons donc les résultats avec impatience !

Je finirai mon discours par ce texte que vous reconnaîtrez peut-être :

« Nous sommes les enfants heureux de la meilleure des patries,
nous aimons ses coteaux ombreux, son doux lac, ses combes fleuries
et la paisible majesté de ses grandes joux séculaires
et le soleil qui les éclaire,
le soleil de la liberté ! »

Vous l’aurez reconnu, c’est la première strophe de l’hymne neuchâtelois.

Je vous dis un grand merci et vous souhaite une très belle journée !

Merci de partager
Blog-ancien

Conférence: Positionnement de Viteos dans le tournant énergétique

La société Viteos est le résultat de la fusion des services industriels des trois villes du canton: Le Locle, La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. Le 100% de son capital action est détenu par les collectivités publiques du canton.

Lors de cette soirée, nous entendons plusieurs exposés sur les enjeux énergétiques en ce début du 21e siècle. Viteos est active dans plusieurs domaines d’énergies renouvelables notamment le solaire, les petites centrales hydrauliques, la biomasse, et des investissements dans l’énergie éolienne sont également prévus. En 2011, la part de l’énergie électrique indigène et renouvelable vendue par Viteos représentait environ 18%. Ce taux devrait passer en  2021 à 32%. Sur ces prochaines années des investissements de presque 3 millions de CHF/année sont prévus dans le photovoltaïque.

Nous entendons aussi un exposé du Pr. Ballif, directeur du PV center du CSEM. Il nous montre à l’aide de graphes l’évolution du prix des installations solaires photovoltaïques – prix qui se sont véritablement écroulés.

La soirée est intéressante et se prolonge autour du buffet.

Merci de partager
Blog-ancien

Assemblée de délégués des musiques neuchâteloises

Monsieur le Président,
Chers déléguées
Chers invités

C’est avec un très grand plaisir que j’ai donné suite à l’invitation de votre président à cette assemblée et l’en remercie.

En tant que présidente du Grand Conseil, je vous transmets les salutations du législatif de notre canton.

Lorsque j’ai été élue présidente, je me suis fixé comme but d’essayer de rapprocher le politique et la société civile. Le dialogue entre les acteurs politiques et les personnes qui s’engagent est primordial. La politique n’a pas toujours une bonne image auprès du public et je le regrette, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser, d’aller voter, d’aller élire et de prendre conscience de la chance que nous avons, en Suisse, d’avoir notre démocratie directe.

En acceptant de devenir Présidente du Grand Conseil, on accepte, de facto, de répondre favorablement à la grande majorité des invitations que l’on vous adresse. Cela implique entre trois et quatre représentations par semaine. Et si comme moi, vous êtes d’une nature curieuse et que vous aimez les contacts, c’est la chance extraordinaire de découvrir quantité de personnes fantastiques. Des gens qui comme vous, par leurs activités, pour la grande majorité bénévolement, font vivre les communes, les cantons, notre pays.

Je tiens donc à vous féliciter pour votre engagement pour votre canton, pour votre engagement pour la musique et pour faire aimer la musique notamment auprès des jeunes. Notre canton est enrichi par la présence de toutes ces associations dont la vôtre fait partie !

Les fanfares de ce canton remplissent un rôle important au niveau de la formation musicale des jeunes. Grâce à elles l’accès à la musique est facilité et n’est pas uniquement réservé à une élite.

On dit que la musique adoucit les mœurs. J’en suis convaincue !

J’ai été enchantée par le discours de tout à l’heure de M. Jaccard, directeur du conservatoire neuchâtelois. Comme il l’a si bien dit : Neuchâtel est un canton novateur ! Le partenariat entre les musiques (fanfares, harmonies etc) et le conservatoire est une spécialité de notre canton. Les autres cantons suisses peuvent s’inspirer des idées neuchâteloises.

Ma voisine de ce matin, Mme Martine Jacot, présidente de l’association cantonale de gymnastique m’a soufflé qu’il en est de même au niveau de la gym : là aussi notre canton passe pour être innovateur. Soyons donc fiers de notre canton et son côté progressiste !

En cherchant des proverbes sur la musique on trouve des choses intéressantes. Petit florilège :

  • Victor Hugo : La musique c’est du bruit qui pense.
  • Emmanuel Kant : La musique est la langue des émotions.
  • Platon : La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée.
  • Luciano Pavarotti : Vous n’avez pas besoin d’un cerveau pour écouter de la musique.
  • Shakespeare : La musique est l’aliment de l’amour.
  • Paul Carvel : la musique mérite d’être la seconde langue obligatoire de toutes les écoles du monde.

J’aimerais rebondir sur cette dernière citation avec laquelle je suis tout à fait d’accord. Malheureusement bien trop souvent les heures de musique sont supprimées des grilles horaires pour faire de la place à des heures supplémentaire de math, français, allemand, bref des branches considérées comme « utiles » !! Je doute que ce choix soit opportun et des récentes études menées dans différents pays me confortent dans cette idée :

Une recherche emblématique est celle conduite par en 1993 en Californie et qui a mis en évidence « l’effet Mozart ». Les résultats montrent que des étudiants obtiennent de meilleures performances aux tâches de raisonnement spatio-temporel après avoir écouté une sonate de Mozart pendant dix minutes.

Une autre étude, française, traite de l’Influence bénéfique de l’apprentissage de la musique sur la perception des syllabes chez les enfants dyslexiques.

Plusieurs études ont par ailleurs montré que différentes structures cérébrales sont généralement plus développées chez les musiciens que chez les non-musiciens.

Faisons donc de la musique, écoutons de la musique, vivons en musique ! 

Je vous dis un grand merci et vous souhaite une très belle journée !

 

Merci de partager
Blog-ancien

Championnats suisses de badminton à Couvet

Décidément, le badminton et le canton de Neuchâtel c’est une histoire d’amour. C’est déjà la 4e fois consécutive que les championnats Suisses des élites ont lieu dans le canton. Après trois éditions à La Chaux-de-Fonds, c’est maintenant au tour de Couvet d’accueillir les pros du volant. Profitons, puisque, comme nous l’apprend le président de l’association suisse de badminton lors de son allocution, cette belle série prend fin cette année.

Nous sommes conviés pour regarder les finales du double des hommes et du simple dames. Ce sport n’a pas beaucoup de points communs avec le jeux de volants que je pratique de temps en temps dans le jardin…La vitesse de frappe et l’agilité de ces champions est incroyable!

Relevons le point culminant de la journée avec la nette victoire en simple dames de Sabrina Jaquet, membre du BC La Chaux-de-Fonds.

Merci de partager
Blog-ancien

Cérémonie de St-Blaise

Le village de St-Blaise a choisi une bien belle manière de fêter ses jeunes citoyens qui atteignent leur majorité: Elles et ils sont conviés à une cérémonie  au Temple du village avec leurs familles. Lors de cette cérémonie il y a de la musique, des discours, des cadeaux, une remise de prix aux écoliers qui ont participé à un concours et, cerise sur le gâteau: les jeunes eux-mêmes prennent la parole pour donner leur point de vue sur ce passage à la vie d’adulte. 38 jubilaires étaient présents. La cérémonie était suivie un apéro au collège et d’un repas.

Bravo à la commune de St-Blaise pour cette belle soirée et bon vent aux jeunes adultes!

Merci de partager
Blog-ancien

Commémoration de l’entrée de l’armée Bourbaki aux Verrières

Chers membres du comité « Bourbaki les Verrières » chers représentantes et représentants des autorités politiques françaises et suisses, chers invités, Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour commémorer un évènement particulier de notre histoire : c’est une page sombre, une page de guerre, de misère mais c’est aussi une belle page que nous tournons : une page pleine d’humanisme, d’entraide internationale, et de générosité. Il y a exactement 145 ans, le 1er fév 1871, acculée par les troupes allemandes, l’armée du général Bourbaki est entrée en Suisse, après avoir déposé ses armes à la frontière. En quelques heures, la population d’alors a accueilli et partagé ses maigres ressources avec ces hommes meurtris, affamés et gelés.

Ces évènements ont donné lieu à la première intervention de la Croix rouge Suisse qui avait été fondée quelques années auparavant.

Imaginez la scène aujourd’hui : imaginez 90’000 personnes dans la misère à nos frontières et demandant à être accueillies. Que se passerait-il ? Les laisserions-nous entrer ?

Eh bien, en 2015, 39500 demandes d’asile ont été déposées en Suisse. Les autorités compétentes en ont traité 28’000 et l’asile a été accordé 6300 personnes, soit à environ 25%. Les circonstances sont sans doute différentes, mais la générosité de nos ancêtres doit nous faire réfléchir ; alors qu’ils n’avaient rien, ils étaient prêts à tout partager. De notre côté, nous avons beaucoup, sommes-nous prêts à partager ?

Pendant cette année de présidence du Grand Conseil, j’ai le privilège d’aller à la rencontre de gens fantastiques, des gens qui comme Alexis Boillat et son comité « Bourbaki les Verrières », font vivre leur commune, leur canton. Avec leur enthousiasme et leur énergie ils ont fait en sorte que cette page de l’histoire soit illustrée de la plus belle des manières : avec le parcours Bourbaki ainsi qu’avec la commémoration de ce jour. Merci à eux de s’engager et de participer au devoir de mémoire et, par la même occasion, de participer au rayonnement de notre canton et notre pays.

Je finirai par une citation de John Fitzgerald Kennedy, lors du discours qu’il a tenu aux Nations Unies le 25 septembre 1961 :

“L’humanité devra mettre un terme à la guerre, ou la guerre mettra un terme à l’humanité.”

Merci de partager
Blog-ancien

Tissot Neuchâtel Trophy Patinage synchronisé

L’édition 2016 du Neuchâtel Trophy réunit des patineuses de 8 pays: du Canada, de la Finlande, de France, d’Allemagne, de Russie, des USA, d’Italie et de la Suisse. Elles sont 16 à patiner de manière synchronisée sur la glace et de temps en temps il y a un garçon parmi les filles! En ce samedi après-midi, j’assiste au programme court junior. C’est les Américaines les plus fortes, l’USA et le Canada occupent les trois premières places.

Merci de partager
Blog-ancien

Remise de pétition de la communauté italienne

Suite à la suppression d’une agence consulaire italienne à Neuchâtel, la communauté italienne de notre canton s’est mobilisée. Elle a récolté 2594 signatures pour demander une présence diplomatique régulière en Ville. La pétition a été remise en mains de l’ambassadeur Marco del Panta Ridolfi.

Mon discours:

Buongiorno cari amici italiani,

Pour moi, l’Italie c’est les vacances, le soleil,
pour vous, l’Italie c’est votre patrie.
Je vous félicite pour votre engagement, votre mobilisation pour vos droits et espère que vous serez entendu à Rome.

Neuchâtel est un canton ouvert, l’un des plus ouvert de Suisse. C’était le premier canton à donner le droit de vote aux étrangers au niveau communal, au 19e siècle déjà! Pas plus tard que mardi passé, le Grand Conseil a exprimé clairement sa volonté que les étrangers établis dans le canton n’aient pas seulement le droit d’élire au niveau cantonal, mais aussi de pouvoir être élus au Grand Conseil, le parlement cantonal. Vous serez donc vraisemblablement bientôt appelés à voter sur cette question.

Intégration – c’est le maître mot en ces temps mouvementés au niveau de la migration mondiale. La communauté italienne est bien intégrée dans notre pays. Continuez en ce sens. Intéressez-vous à votre canton d’adoption, à votre pays d’adoption mais sans pour autant oublier vos origines! Allez voter, présentez-vous comme candidats lors des différentes élections!

Vous aussi vous faites la richesse de notre pays!

Merci de partager
Blog-ancien

Repas officiel du Neuchâtel Trophy, patinage synchronisé

Discours:

Chers organisateurs, chers juges, chers invités,

C’est avec un très grand plaisir que j’ai donné suite à votre invitation à participer à ce repas et vous en remercie.

En tant que présidente du Grand Conseil, je vous transmets les salutations du législatif de notre canton.

Lorsque j’ai été élue présidente, je me suis fixé comme but d’essayer de rapprocher le politique et la société civile. Le dialogue entre les acteurs politiques et les personnes qui s’engagent est primordial. La politique n’a pas toujours une bonne image auprès du public. C’est regrettable, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser. Je me réjouis donc de venir à votre rencontre.

En acceptant de devenir Présidente du Grand Conseil, on accepte, de facto, de répondre favorablement à la grande majorité des invitations que l’on vous adresse. Cela implique entre deux et quatre représentations par semaine. Et si comme moi, vous êtes d’une nature curieuse et que vous aimez les contacts, c’est la chance extraordinaire de découvrir quantité de personnes fantastiques. Des gens qui comme vous, par leurs activités, font rayonner notre canton, notre pays.

Le Neuchâtel Trophy, qui est désormais à sa 14è édition, est une véritable institution et fait partie comme le NIFFF, la Fête des vendanges et Festi’neuch des spécialités neuchâteloises ! Grâce au Trophy, de nombreux hôtes étrangers découvrent notre canton et espérons qu’ils reviendront explorer notre beau canton lors de leurs prochaines vacances !

Le patinage et le sport en général est une composante importante de notre vie. Le sport est un élément essentiel à la construction d’une société saine et dynamique. De plus, le sport est une excellente école de vie. Il nous apprend à travailler dur, à se surpasser, à faire des sacrifices, mais aussi à ressentir du plaisir, avoir du succès. Il apprend à gagner et…à perdre.

Je vous dis un grand merci et vous souhaite une belle soirée et une 14 édition réussie !!

 

Merci de partager
Blog-ancien

Forum des entrepreneurs à Cornaux

La deuxième édition du Forum des entrepreneurs de l’Entre-deux-Lacs a eu lieu le 28 janvier à Cornaux.

Après un exposé très complet du Conseiller d’Etat Laurent Favre sur le projet de Mobilité Neuchâtel 2030 (je pense que tout le monde a compris qu’il faut voter oui le 28 février….) ainsi que sur les questions d’aménagement du territoire de cette région, une table ronde a réuni entrepreneurs, politiques et spécialistes du coaching. Fiscalité des entreprises, procédures de mise à l’enquête, robotisation de notre société ont figuré parmi les thèmes de discussion.

La soirée s’est conclue par un apéritif dînatoire qui a permis de prolonger les échanges.

Merci de partager