Actualités

ARCINFO le 09.10.2019 « Faut-il davantage libéraliser le secteur agricole ? »

Lire l’article sur le site arcinfo.ch

Télécharger l’article au format PDF

Merci de partager
Actualités

Université d’été des Verts romands : résumé et conclusions de l’atelier « Justice »

Du 16 au 18 août 2019, l’Université d’été des Verts romands a traité du thème :
La transition écologique et solidaire: quels moyens d’action concrets ?
sous différents angles

Veronika Pantillon restitue les travaux de l’atelier « Justice »

Atelier 5: Justice
Détails sur les objectifs de l’atelier, ainsi que sur les experts qui l’ont animé: ici.
Quelques propositions extraites des débats :

  • Agir en amont en créant / modifiant les lois, car les actions en justice dédommagent mais ne règlent pas les problèmes à la source.
  • Être attentif aux contradictions possibles entre une justice sociale et une justice climatique. Exemple : les gilets jaunes
  • Sensibiliser la population à l’aide de prévisions
  • Déposer des actions en justice pour dénoncer les violations des droits fondamentaux comme p.ex. le droit à la santé.

 

Site de l’université d’été des Verts romands

Dont la page consacrée au compte rendu de l’atelier « Justice »

Merci de partager
Actualités

Coopérative Solaire Neuchâtel (Coopsol), appel à souscription pour nouvelle centrale

Je suis membre du Conseil d’Administration de Coopsol; à ce titre, j’invite chacune et chacun à souscrire à une ou plusieurs parts sociales à frs. 500.-,  afin de nous permettre de construire de nouvelles centrales solaires photovoltaïques à Neuchâtel et ses environs.

« En mettant nos forces ensemble, nous réalisons des centrales solaires qui produisent notre énergie électrique de façon écologique et durable, tout près de chez nous. Chacun, locataire, propriétaire ou entreprise, peut participer, selon son envie et ses possibilités, en achetant au moins une part de frs 500.
L’achat de ces parts n’est pas à perte, le planning financier laissant prévoir un remboursement  des fonds investis sur une période de 20 ans. C’est l’assemblée générale qui fixera les remboursements et intérêts, en fonction de la marche des affaires. » (Source site coopsol.ch
)

Souscrire en ligne

Formulaire de souscription à imprimer et envoyer par la poste

Les membres du Conseil d’Administration de la Coopérative Coopsol (02.07.2019)

Merci de partager
Grand Conseil

Projet de loi instituant une loi sur la médiation en matière civile, pénale et pénale pour les mineurs (19.164)

« L’action judiciaire doit être l’ultime moyen de pacifier une situation litigieuse. (…) Le règlement à l’amiable a donc la priorité, non pas parce qu’il allège d’autant les tribunaux, mais parce qu’en général, les solutions transactionnelles sont plus durables et subséquemment plus économiques du fait qu’elles peuvent tenir compte d’éléments qu’un tribunal ne pourrait retenir. »
Message du Conseil fédéral relatif au code de procédure civile suisse du 28.06.2006

Titre :

Projet de loi instituant une loi sur la médiation en matière civile, pénale et pénale pour les mineurs

Contenu :

Téléchargé le contenu du projet de loi au format PDF

Le projet de loi a été renvoyé en Commission législative pour traitement.

Veronika Pantillon

 

Merci de partager
Actualités

Neuchâtel, discours du 1er mai 2019

Chères travailleuses, chers travailleurs,

Ce 1er mai est la fête des travailleuses ! Oui vous avez bien entendu j’ai utilisé ce mot uniquement au féminin : ce premier mai est consacré avant tout à l’égalité entre hommes et femmes. Je suis heureuse de pouvoir m’adresser aujourd’hui à vous en compagnie d’autre référentes, toutes des femmes.

2019 est l’année des femmes : le 14 juin prochain, les femmes se rassembleront dans tout le pays pour manifester pour leurs droits, car l’égalité entre les hommes et les femmes dans le monde du travail et plus globalement dans notre société est loin d’être atteinte !

Les travailleuses sont particulièrement touchées par les inégalités : le modèle économique actuel est toujours basé sur un mode de vie patriarcal: l’homme travaille à plein temps et la femme s’occupe des enfants, du ménage et travaille év à temps partiel. Il arrive aussi que les femmes renoncent à parfaire leur formation au profit de l’équilibre familial et de la pression sociétale. Par ce modèle, les femmes sont désavantagées puisque le travail domestique n’est ni valorisé ni rétribué. En cas de divorce, elles rencontrent des difficultés de réintégrer le marché du travail et sont souvent confrontées au chômage total ou partiel. Ce modèle économique désavantage aussi les femmes lorsqu’elles arrivent à l’âge de la retraite puisque leurs pensions sont nettement plus basses que celles des hommes. Bien que ce modèle patriarcal soit moins suivi aujourd’hui, la pression sociétale sur les femmes perdure. Cette dernière est vicieuse, car elle se traduit dans nos mœurs et nos coutumes. C’est pourquoi nous devons toutes et tous exiger des conditions de travail égalitaires entre les genres.

Les travailleuses et toutes les femmes ont constamment dû lutter pour leurs droits. La loi sur l’égalité n’a été adoptée qu’en 1996 alors que le principe figurait dans la Constitution fédérale depuis 1981 ! : Le congé maternité quant à lui n’a été obtenu qu’en 2005 !

Quant à l’égalité des salaires, on en est encore loin ! Selon les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique, les femmes ont touché en 2016 presque 20 % (19,6%) de moins de salaire que les hommes, c’est moins bien qu’en 2014 (19,5%). En ce qui concerne la part inexpliquée de différence salariale, les chiffres sont encore plus alarmants : cette part a augmenté et atteint en 2016 42,9% alors qu’elle atteignait 39,1% en 2014 ! Ces chiffres montrent qu’il ne faut pas relâcher la pression et continuer notre lutte !

La modification de la loi sur l’égalité adoptée en décembre 2018 par le parlement fédéral est un parfait exemple de politique menée par une majorité patriarcale. Elle n’aura pour ainsi dire aucun impact: seules les entreprises de plus de 100 employé-e-s sont tenues de vérifier les salaires alors que les statistiques montrent que c’est dans les petites entreprises que les différences salariales non expliquées sont les plus marquées. De plus, si une entreprise ne respecte pas l’égalité salariale elle ne sera même pas sanctionnée ! à quoi bon instaurer une Loi si on peut impunément y contrevenir ?!

Le Grand Conseil traitera prochainement d’un rapport qui propose que la composition du parlement cantonal respecte parfaitement l’égalité, et soit constitué de 50 femmes et de 50 hommes. En travail de commission, ce projet a rencontré beaucoup d’opposition et cela même au sein de la gauche. Espérons que les députées se montreront progressistes et auront la clairvoyance de décider en faveur de l’égalité.

Chères travailleuses chers travailleurs vous l’aurez compris, le chemin pour l’égalité est encore loin, mais nous sommes nombreuses et nombreux à œuvrer constamment pour y arriver. Votre présence aujourd’hui en est la preuve ! Continuons de nous mobiliser tous ensemble pour nos droits. Je vous donne rendez-vous dans la rue le 14 juin !

Veronika Pantillon, le 1er mai 2019

Merci de partager
Actualités

« Festival du Film Vert », Canton de Neuchâtel du 3 au 31 mars 2019

Canal alpha : Journal du Jeudi 21 février 2019 (extrait)

« Des films pour dire la beauté de la planète et la protéger »

Le Festival du Film Vert aura lieu dans 70 villes de Suisse et de France du 1er mars au 15 avril prochain. Durant cette période, une quarantaine de projections sont prévues aux quatre coins du Canton de Neuchâtel, mais encore à Porrentruy, La Neuveville et Yverdon. Les organisateurs (Les Verts, HabitatDurable, ProNatura et Greenpeace) nous parlent de leurs coups de coeur pour cette 14e édition de la manifestation, qui vise toujours à montrer les beautés de notre planète et à pousser les gens à agir pour la protéger (texte canal alpha).

Se rendre sur la page en ligne

LogoRTN

RTN La Matinale du 27.02.2019

« Le Festival du Film Vert, un événement éclaté sur de multiples sites et sur des multiples thématiques »


Veronika Pantillon, invitée de la Matinale RTN.
(Photo : RTN)

Le Festival du Film Vert est de passage dans la région. Du 1er mars au 15 avril, les films à thématique environnementale seront vus dans 70 villes de Suisse et de France. Dans le canton de Neuchâtel, sept cinémas présentent seize films différents.

Pour nous en parler, la coordinatrice du Festival pour le canton de Neuchâtel, Veronika Pantillon, était notre invitée (texte RTN) :

Se rendre sur la page en ligne

Écouter l’extrait :

Merci de partager
Grand Conseil

Qu’en est-il de l’initiative « Rives pour tous » qui a abouti en été 2016 ? (19.306)

Titre :

Qu’en est-il de l’initiative « Rives pour tous » qui a abouti en été 2016 ?

Contenu :

Malgré nos recherches, nous n’avons pas trouvé sur le site de l’État la liste des initiatives populaires en attente de traitement. Nous nous demandons en particulier ce qu’il en est de l’initiative « Rives pour tous » qui a abouti en été 2016. L’arrêté du Conseil d’État constatant son aboutissement a été publié dans la Feuille officielle du 2 septembre 2016. L’article 107, alinéa 4, de la loi sur les droits politiques prévoit que le Conseil d’État saisisse le Grand Conseil d’un rapport dans le délai de deux ans dès cette publication. Le délai est donc échu depuis le 2 septembre 2018.

Plus généralement, nous souhaitons que le Conseil d’État dresse la liste des initiatives populaires qui sont en attente d’un rapport de sa part et y indique une planification pour leur traitement. Nous proposons au Conseil d’État de lister ces initiatives en suspens sur le site Internet.

Veronika Pantillon

20.02.2019 Réponse en vidéo à la question du Conseiller d’État Laurent Favre


(Source : Service du Grand Conseil neuchâtelois)

Télécharger la vidéo de la réponse à la question au format MP4

Merci de partager
Grand Conseil

Postulat : Matériaux de construction : recycler, c’est bien, réutiliser, c’est mieux (19.112)

État du traitement :

Postulat accepté par la Grand-Conseil sans opposition le 03.09.2019

Titre du postulat :

Matériaux de construction : recycler, c’est bien, réutiliser, c’est mieux

Contenu :

Nous demandons au Conseil d’État de prendre les mesures pour promouvoir le réemploi dans le domaine de la construction. Les pistes à explorer sont notamment :

– lors de demandes de démolition, inciter les requérants à proposer les éléments à déconstruire dans une bourse d’échange ;

– lors de demandes de construction, rendre attentifs les requérants que de telles bourses existent ;

– sensibiliser tous les acteurs : maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrage, architectes… aux possibilités du réemploi ;

– encourager particulièrement les communes à recourir au réemploi et appliquer le réemploi au sein de l’administration cantonale ;

– tout autre mesure qui pourrait améliorer le réemploi dans le domaine de la construction.

Développement (obligatoire) :

Le secteur des bâtiments est – derrière celui des transports – le 2e plus grand responsable d’émission de gaz à effet de serre.

En Suisse, 3’200 permis de démolition sont délivrés chaque année, ce qui représente 10 millions de m3 de matériaux. Pour 2025, on estime même cette masse à 12 millions de m3. Une tonne de matériel à éliminer émet environ 1 tonne de CO2. Si ce matériau est recyclé, les émissions de CO2 sont encore plus élevées. Le réemploi permet donc de diminuer drastiquement les émissions de CO2, d’une part parce que des matériaux ne doivent pas être éliminés mais aussi parce que la production de nouveaux matériaux est évitée.

Nous ne contestons pas que le recyclage des matériaux de construction soit un énorme progrès par rapport à la mise en décharge qui avait encore cours il y a des dizaines d’années, mais, pour certains matériaux qui sont encore en bon état, se contenter de les recycler est du gaspillage puisqu’on détruit un élément qui pourrait encore servir. En Suisse, on estime que 5 millions de pièces pourraient être réutilisées, ce qui équivaut à 80 tonnes ou un train marchandises d’une longueur de 40 km ! Il s’agit de lavabos, parquets, éléments de cuisine, portes, fenêtres, etc. Actuellement, seuls 3-5 % de ces matériaux sont effectivement réutilisés. Il existe donc un grand potentiel de réemploi.

Le problème est que les constructeurs et démolisseurs n’intègrent actuellement pas cette réflexion dans leur planning. Et pourtant, des possibilités d’offrir des matériaux et de les acquérir existent. En Suisse, une douzaine de bourses d’échange de matériaux usagés fonctionnent. Ces bourses mettent en contact les personnes qui ont quelque chose à vendre et les acheteurs/repreneurs potentiels. Il existe aussi des magasins qui stockent des matériaux aux fins de réemploi. L’opération est bénéfique pour toutes les parties : le repreneur peut acquérir un objet à un prix modeste et le cédant ne doit pas se préoccuper du recyclage, ni payer les frais d’élimination. Tout le monde est gagnant : la personne qui cède l’objet, la personne qui le reprend ainsi que l’environnement.

Veronika Pantillon

Merci de partager
Actualités

Tor TV : Matière Grise au Péristyle de l’Hôtel-de-Ville de Neuchâtel HabitatDurable

HabitatDurable Neuchâtel a mis sur pied une exposition consacrée au réemploi des matériaux dans la construction.
Elle a eu lieu à Neuchâtel au Péristyle du 4 au 15 décembre 2018.

La plateforme salsa.ch pour le réemploi en architecture montre 75 projets d’architecture illustrant le potentiel du réemploi et la possibilité d’une seconde vie pour des matériaux utilisés dans tous les domaines du bâtiment. (Source : Tor Média sur www.youtube.com)

Interview de Veronika Pantillon (extrait du reportage complet – ci-après) (2 min. 26 sec.)

Télécharger la version complète du reportage au format MP4

Reportage complet (18 min. 11 sec)

Télécharger la version complète du reportage au format MP4

Merci de partager
Grand Conseil

Projet de décret soumettant une initiative cantonale à l’Assemblée fédérale pour introduire une taxe sur les billets d’avion (19.104)

1er octobre 2019, session du Grand Conseil

Le décret a été accepté par le Grand Conseil par 85 oui, 6 non et 20 abstentions.

Mon intervention Grand Conseil

Ces jours, on parle beaucoup de taxe sur les billets d’avion. Mais lors que nous avons rédigé ce projet de décret, au milieu du mois de janvier de cette année, on ne voyait pas encore venir le mouvement des jeunes pour le climat.

Nous avons déposé ce projet de décret, parce que le Conseil national avait échoué en décembre 2018 à adopter une loi sur le CO2 acceptable. Au vote final, même les Verts se sont vus obligés de refuser la proposition de loi qui était vidée de tout contenu.

Entretemps, la situation a beaucoup évolué, les grèves et marches pour le climat ont passé par là et certains partis ont retourné leur veste et ont adapté leur programme à l’évolution de l’opinion publique.

Une question se pose : pourquoi encore traiter cet objet alors que le Conseil des États a adopté la semaine passée une loi sur le CO2 qui prévoit entre autres une taxe sur les billets d’avion ? Il y a deux raisons pour aller au bout de l’acceptation de cette initiative cantonale :

  1. Le processus législatif à Berne n’est pas encore terminé. La loi sera encore soumise au Conseil national lors d’une prochaine session après les élections fédérales. Même si en l’état des choses il est probable que le Conseil national suive le Conseil des États ; rien n’est acquis. Nous nous souvenons de l’après-Fukushima, lorsque les Verts ont lancé l’initiative pour sortir du nucléaire, cette dernière semblait inutile, mais l’évolution des choses a montré que l’opinion peut vite changer et que cette initiative restait nécessaire.
  2. Le travail législatif au niveau cantonal est pratiquement terminé. Deux séances de commission ont déjà eu lieu et le rapport est fait. Ce n’est pas ce débat restreint en plénum qui va allonger les travaux de manière exagérée.

La commission énergie qui a traité notre projet de décret lui a fait un très bon accueil et nous l’en remercions pour cela. L’entrée en matière a été acceptée à l’unanimité. Les commissaires n’ont pratiquement pas parlé du principe même d’une taxe, tout le monde étant d’accord. Par contre, ils souhaitaient faire une proposition quant à l’affectation de la taxe. Finalement, le rapport propose que 2/3 de la taxe retournent aux citoyens et que 1/3 soit affecté au transport ferroviaire et au transport voyageur, ce dernier pouvant aussi inclure les autres transports publics.

La proposition du Conseil des États diffère quant à l’affectation de la taxe. Elle prévoit de restituer 51% à la population et d’affecter le reste dans un fond pour le climat. Selon l’émission TTC d’hier soir, la taxe proposée par le Conseil des États qui va de 30.- à 120.- rapporterait 1,3 milliard. 60.- pourraient ainsi être restitués à chaque habitant via les décomptes de caisse maladie. L’argument avancé par les détracteurs des taxes que la classe moyenne est saignée et doit passer à la caisse ne tient pas la route. Rares sont les personnes qui sont réellement obligées de prendre l’avion et qui n’ont pas d’autre choix. Donc celles qui prennent l’avion paient la taxe, mais tout le monde profite de la rétribution qui est prévue, en l’occurrence, de 60.-/personne.

Il est évident, qu’une telle taxe sur les billets d’avion ne va pas empêcher les gens de prendre ce moyen de transport, mais cette taxe est absolument nécessaire afin de mettre fin – en tout cas partiellement –  à la distorsion de prix entre l’avion et notamment le train. Rappelons que les billets d’avion ne sont pas soumis à la TVA et qu’il n’existe pas de taxe sur le kérosène. Cet état de fait biaise actuellement toute la politique liée aux transports. En effet, pour se déplacer dans n’importe quelle capitale européenne, le prix du billet d’avion est en moyenne trois fois moins cher que le billet de train. Parfois c’est pire : on peut trouver un billet d’avion Genève-Barcelone pour CHF 25.- alors que pour le train le billet le moins cher se vend à environ CHF 150.-. Rappelons qu’une telle taxe existe dans tous les pays voisins.

La taxe a donc au moins deux buts : renchérir, ne serait-ce qu’un peu, le prix des billets et ainsi rendre l’avion un peu moins intéressant par rapport aux autres moyens de transport et deuxièmement affecter de l’argent dans des moyens afin de protéger le climat.

Cette taxe n’est pas la panacée, même avec la taxe, l’avion restera trop bon marché, le voyageur ne paie pas le réel prix de l’impact qu’a ce moyen de transport sur le climat ; mais c’est un minimum nécessaire et un premier pas dans la bonne direction.

L’urgence climatique est réelle et l’avion est responsable de 18% des émissions de CO2. Je vous invite donc à accepter ce rapport et le décret joint et vous en remercie.

Veronika Pantillon

12 août 2019

État du traitement :

La commission énergie a accepté à l’unanimité ma proposition de taxer les billets d’avion. La rapport du 12.08.2019 qui se trouve ici (au format PDF) sera prochainement traité au Grand Conseil.

Avril 2019

Ce projet a été renvoyé à la Commission énergie qui siégera en avril 2019.

20 janvier 2019 Session du Grand Conseil traitement décret

Titre :

Projet de décret soumettant une initiative cantonale à l’Assemblée fédérale pour introduire une taxe sur les billets d’avion

Contenu :

Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel,
sur la proposition de la commission…

décrète :

Article premier Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, exerçant son droit d’initiative en matière fédérale, adresse à l’Assemblée fédérale, en termes généraux, la proposition de loi suivante :

L’Assemblée fédérale arrête les dispositions législatives nécessaires afin de taxer les billets d’avion.

Art. 2 Le Grand Conseil charge le Conseil d’État de transmettre le présent décret à l’Assemblée fédérale, à l’échéance du délai référendaire.

Art. 3
Le présent décret est soumis au référendum facultatif.

Le Conseil d’État pourvoit, s’il y a lieu, à sa promulgation et à son exécution.

Neuchâtel, le                        Au nom du Grand Conseil :

Le président,                     La secrétaire générale,
———
Veronika Pantillon

Merci de partager