Blog-ancien

Assemblée des délégués de la SCNACC

L’assemblée des délégués de la Société cantonale neuchâteloise d’aviculture, cuniculture et colombophilie a eu lieu le samedi 19 mars à la Vue-des-Alpes. Explication pour les néophytes: l’aviculture c’est l’élevage de la volaille, la cuniculture, celui des lapin; et la colombophilie – comme on le devine – celui des colombes.

Voici mon discours:

Monsieur le Président, Chers amis des petites bêtes, Chers invités,

Heureusement que votre assemblée n’a pas eu lieu ce matin à neuf heures au Château de Colombier…pourquoi me demanderez-vous ? Eh bien parce que ce matin j’y ai assisté à l’Assemblée des délégués des sociétés de tir. Cela aurait pu faire des dégats, mais heureusement je vois que vous n’avez pas pris vos animaux. Remarquez que cela aurait pu être pire : p.ex. la société des chasseurs !!!

Plaisanteries mises à part, c’est avec un très grand plaisir que j’ai donné suite à l’invitation de votre président à cette assemblée et l’en remercie. Et ce ne sont pas des paroles en l’air. En effet, je suis depuis toujours une grande amie des animaux et comme toute petite fille, j’ai longtemps souhaité devenir vétérinaire. Mais ce n’est pas tout, pendant des années nous avons eu des lapins : des petits béliers prénommés Lutin et Serpolet deux femelles qui ont fini par avoir deux fois des petits (!), une fois après castration de Lutin qui s’est donc révélé être un mâle…. À la même époque, nous avons aussi eu des poules qui gambadaient librement dans le jardin, ce qui posait quelques problèmes au niveau de nos plantations. Lorsque le coq – que nous avons cru muet pendant sa première année de vie – a commencé à chanter, nous avons dû mettre un terme à notre cohabitation ou plutôt à sa cohabitation avec notre voisin. C’est le coq qui est parti   – pas le voisin. L’ère des poules a laissé la place à celle des cailles dont les œufs furent fort appréciés par notre famille. Les cailles ont également trouvé des amateurs : les fouines…

Après toutes ses péripéties nous nous contentons maintenant de l’aquarium de notre fils.

C’est toujours avec un grand plaisir que je me rends à des expositions avicoles ou autres, mais je dois toujours me faire violence de ne pas craquer et ramener deux poules et trois lapins à la maison.

En acceptant de devenir Présidente du Grand Conseil, on accepte, de facto, de répondre favorablement à la grande majorité des invitations que l’on vous adresse. Cela implique entre trois et quatre représentations par semaine. Et si comme moi, vous êtes d’une nature curieuse et que vous aimez les contacts, c’est la chance extraordinaire de découvrir quantité de personnes fantastiques. Des gens qui comme vous, par leurs activités, pour la grande majorité bénévolement, font vivre les communes, les cantons, notre pays.

Je tiens donc à vous féliciter pour votre engagement. Votre hobby, votre passion permet de sauvegarder des anciennes races d’animaux qui, sans des gens comme vous, seraient vouées à la disparition. Vos associations jouent aussi un rôle important auprès des jeunes, en les épaulant lors de l’apprentissage du respect des animaux et de l’élevage.

Lorsque j’ai été élue présidente, je me suis fixé comme but d’essayer de rapprocher le politique et la société civile. Le dialogue entre les acteurs politiques et les personnes qui s’engagent est primordial. La politique n’a pas toujours une bonne image auprès du public et je le regrette, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser, d’aller voter, d’aller élire et de prendre conscience de la chance que nous avons, en Suisse, d’avoir notre démocratie directe.

Un grand merci et une très belle journée à vous tous !

Je finirai par une citation de circonstance de Isidore Catpipaul :

“On appelle animaux domestiques ceux qui se font servir par les hommes.”

Merci de partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *