Blog-ancien

A la rencontre des musulmans neuchâtelois

Voici mon discours de cette rencontre qui a eu lieu 36 heures après les attentats de Paris.

Chers organisateurs, chers invités, cher public, bonjour à tous

Tout d’abord j’aimerais vous dire merci !

Merci aux initiateurs de cette journée de s’être regroupés pour d’abord fédérer les différentes associations musulmans du canton et ensuite d’organiser une journée qui regroupe ces différents groupes et invite tout un chacun à venir à la rencontre de la communauté musulmane.

Je vous remercie d’associer les autorités politiques à cette rencontre. Je suis heureuse de pouvoir représenter ici le parlement cantonal – le Grand Conseil – et vous apporte les meilleures salutations de sa part.

Votre initiative est primordiale en ces temps où les amalgames, les préjugés, l’intolérance et l’irrespect sont hélas très et trop répandus.

Voici quelques exemples d’amalgames qu’on doit dénoncer :

  • Musulman ne veut pas dire être étranger : beaucoup de musulmans ont soit un permis d’établissement et habitent déjà de longues années en Suisse ou y sont nés. Bien des musulmans ont la nationalité suisse.
  • Etre musulmans ne veut pas dire qu’on est pratiquant. Plus de la moitié des musulmans du canton ne pratiquent pas leur religion.
  • Et enfin et surtout : Musulman ne signifie pas islamiste ni terroriste. Ce genre de raccourci m’horripile !

Et si moi, en tant que chrétienne, suis ici avec vous, qui représentez les musulmans du canton, c’est au nom des principes fondamentaux de la Suisse : en effet, il est écrit dans notre Constitution que chaque habitant de ce pays bénéficie de multiples libertés : liberté d’expression, liberté d’établissement et liberté religieuse pour ne citer que quelques-unes. Le respect et la tolérance sont fondamentaux et indispensables à une vie de qualité. Car il n’y a pas de « meilleure » religion. La « meilleure » religion est celle qui permet à un être humain de vivre bien, de propager le bien et de pouvoir se dire au soir de sa vie : « ma vie a contribué au bien de tous ». Intégration c’est le maître mot. L’intégration est un processus d’adaptation et de rapprochement mutuel, mais s’intégrer ne veut pas dire renier ses racines. Gardons nos richesses ! S’intégrer ne signifie pas devenir comme l’autre, mais partager sa culture avec l’autre et participer à la culture de l’autre. Hier, en Suisse, nous ne mangions que des rösti, et de la fondue, et aujourd’hui nous avons aussi plaisir à manger de la paella, des pizzas, des sushis et …..des kebabs.

En tant que verte je suis adepte de la biodiversité tant au niveau de la Nature que de la culture. C’est ce qui fait notre richesse.

Nous avons le droit de croire en qui nous voulons et nous devons tolérer ceux qui vivent leur foi différemment.

Un terroriste n’agit que pour propager la terreur. Il n’agit que pour satisfaire sa propre pulsion ou pour satisfaire celles du guru à qui il a fait allégeance. Mais un terroriste ne peut se réclamer d’aucune race, d’aucune religion, d’aucun Dieux ; car aucun Dieux, qui, par définition, a créé la vie et l’amour du prochain, ne demande à ses disciples de semer la mort et la haine en son nom.

En tant que politicienne j’aimerais encore dire quelques mots au sujet de la vie politique : La politique et le politique n’ont pas toujours une bonne image auprès du public. C’est regrettable, d’autant plus que la politique est intimement liée aux citoyens. C’est la politique qui fixe les règles et façonne notre monde tel que nous souhaitons le vivre. Il vaut donc la peine de s’y intéresser, d’aller voter, d’aller élire et de prendre conscience de la chance que nous avons, en Suisse, d’avoir notre démocratie directe. Je vous invite donc à vous intéresser à ce qui se passe autour de vous, à utiliser le droit de vote que Neuchâtel accorde  aussi aux détenteurs d’un permis C !

Mais revenons à la journée d’aujourd’hui : Ce que nous ne connaissons pas nous fais peur, donc faisons connaissance ! Jetons des ponts ! Allons à la rencontre les uns des autres quelle que soit notre couleur de peau, notre religion, notre nationalité. Avant tout nous sommes tous des hommes et des femmes citoyens de notre planète la Terre !

Merci de partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *